Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette fenêtre...

Pour parler avec légèreté de rugby...
L'affiche ci-dessus, d'un France-Angleterre, est de Jean-Louis Ploix.

Bonne journée à vous qui passez par cette fenêtre ovale!



me-sans-fr--d--ric.JPG

 

 

 

In english    

 

Bloc-Notes

 

Pinterest

 

Maintenant, pour me suivre

c'est






Rechercher

A Lire...séance De Rattrapage

5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 09:50


DSCN0055
Ça m'a fait sourire de voir, pendant le match France-Irlande, Paul O'Connell jouer à ticha la fava, et de retrouver ce joyeux moment en une de l'Equipe du dimanche 14 février!...

Les boys de la maison jouent à un autre jeu : quand l'un d'eux ne peut pas voir un match en direct, les autres sont sommés de ne rien faire/dire qui pourrait menacer la surprise du résultat. Fils ainé s'est fait couaner pour la finale des championnats du monde de hand-ball masculin, et a couané son père qui n'avait pas vu les matchs du week-end dernier par un "ah ben, y a que les français maintenant qui peuvent faire le grand chelem?!"...Le pire[le mieux?!], c'est qu'il n'a même pas fait exprès!


Partager cet article

Repost 0
Published by Snödroppe - dans Ça me fait sourire...
commenter cet article

commentaires

Snödroppe/Sophie 06/03/2010 10:45


Je vois, Pascalou, que je ne suis pas seule à apprécier ces petits moments "abracadabrantesques"!...[la 2è photo pourrait très bien inspirer un/une chorégraphe de danse contemporaine! ]

Touchée, mister BR, par vos mots...Ecrire ici est pour moi avant tout un réel plaisir...Je ne me suis jamais vraiment interrogée sur la forme et le fond de ce que je fais. Juste je sais que j'y
suis moi. Cela dit, ce que vous évoquez là : "Internet et son monde des blogs,pour ce que j'en ai compris, s'est offert une répartition sexuée des tâches" m'a aussi un peu tarabustée. Sous une
forme un peu différente...moins sur la façon dont les femmes traitent les sujets et plus sur les sujets traditionnellement traités par les femmes [cf les classements des blogs féminins proposés par
le journal ELLE : cuisine, mode, beauté, blablabla...nada côté sport, politique, etc...même si les catégories ont été revues je crois...j'avais évoqué le truc ici ]
Continuons à croiser nos tissages, et leurs différentes "techniques"!
[ce "hors-sujet" sera t'il le sujet de lundi?! ]

Steve, d'après fils ainé, ça se fait toujours ce truc là dans certains concerts! Slamer sur le dos de ses coéquipiers et adversaires, c'est quand même pas banal!


Steve 06/03/2010 07:43


Cela m'a fait rappeller des concerts de Punk des années 80 ou quelqu'un plongerait dans la foule, et la foule tiendrait en-haut, au-dessus de tout le monde...


BR 06/03/2010 07:33


Hors sujet pour un grand remerciement

Mes Vigies sublimes.
Une Fable des temps nouveaux

    Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

     Depuis toujours, s'élèvent au-dessus des communs des mortels de cette vaste vallée de larmes, de gentes dames, figures de proue ou vigies attentives qui portent l'enfant à
venir et leur regard au-delà des apparences.

    Le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie n'ont plus de secrets pour elles. Les orages montent, la tempête menace, les cieux se déchirent. Elles se font Cassandre, prévenant
les hommes de ces folies que ces inconscients n'ont de cesse d'attiser.

    Jouer les Augures n'est pas de tout repos. L'intuition ou la sagesse, la clairvoyance ou la pondération se paient au prix de quelques bûchers dressés à la hâte. Peu leur chaut
que les flammes fermeront leurs bouches prophétiques, ils savent qu'elles seront crues quand elles seront cendres !

    Parfois, la bonne aventure leur tend les bras. D'une boule de cristal, de cartes de tarots ou d'un mare de café, elles portent aussi bien la bonne nouvelle. Quand celle-ci est
vérifiée, attestée, avérée, il y aura toujours un glorieux mâle opportuniste réclamant les mérites de la divination.

    Mère, sœur, veuve, amante, pucelle, Gitane, Prêtresse, fée ou magicienne, elles se sont portées au firmament de cette humanité qui leur consentit si peu de gloire.

    Aujourd'hui ces vigies surveillent la Toile, modèrent les débordements des fauves, les errements des craintifs, les doutes des débutants. Elles ouvrent une fenêtre ovale,
elles se font magiciennes antiques, elles portent fièrement le bonnet phrygien.

    Sophie, Circé, Marianne tendent la main au prosateur novice. En leurs rets merveilleux, maille après maille, elles leur tissent ce filet numérique qu'ils garniront de
leurs productions absconses.

    Quand la technique bafouille, quand les loups sortent du bois, quand se dressent les chausse-trappes, elles volent au secours du 'clavardeur' égaré, elles l'éclairent  et le
guident pour qu'il puisse retrouver le cap.

    D'autres vigies bienveillantes prennent la relève. Même, Cerise, Sara, Patayki ou Soph, elles conseillent, rassurent, encouragent. Elles ne mesurent ni leurs compliments ni leurs
temps, ne voyant pas dans leur pareil, un rival potentiel. D'aucun, le muscle plus saillant, préfèrent les attaques, les querelles et les coups-bas.

    Internet et son monde des blogs,pour ce que j'en ai compris, s'est offert une répartition sexuée des tâches.

    La féminine technique est l'affaire des hommes, ces docteurs Maboul des entrailles numériques. Froide, complexe, inaccessible le plus souvent, la technique aime le secret et se
refuse au partage en dehors d'un cercle restreint d'initiés cooptés. Leur vocabulaire est obscur, leurs interventions sont clandestines, nocturnes le plus souvent.

     Le masculin partage s'est offert aux dames. Émotions, confidences, partage, réflexion, sur cette toile, elles dessinent une fresque magnifique, nouvelle Comédie humaine
dont elles seront à jamais, les tisseuses sublimes.

    « Telle Ariane, La Marianne est toujours là pour tenir le fil ténu du salut ! »

    Girouettement vôtre.


Pascalou 05/03/2010 21:18


Je te propose aussi cette interprétation du
thème !

Dans mon lycée on jouait comme des fous dès qu'on avait 5 minutes à la zite : une adaptation du ballon prisonnier où le ballon est remplacé par une balle de tennis qu'on frappe à main nue comme à
la pelote mais vers le plafond du préau, pour éliminer par ricochet les autres joueurs... Très addictif !

(je venais d'écrire ce commentaire quand je me suis rendu compte que j'étais dans le billet "Ticha" n°1 daté de mai 2009... Du coup je le recopie ici)