Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette fenêtre...

Pour parler avec légèreté de rugby...
L'affiche ci-dessus, d'un France-Angleterre, est de Jean-Louis Ploix.

Bonne journée à vous qui passez par cette fenêtre ovale!



me-sans-fr--d--ric.JPG

 

 

 

In english    

 

Bloc-Notes

 

Pinterest

 

Maintenant, pour me suivre

c'est






Rechercher

A Lire...séance De Rattrapage

29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 00:00

 

Kenya harlequins

source

 

Surprise qu'il existe une équipe de "Harlequins" au Kénya!

Apparemment, ils n'ont pas d'aussi jolies chaussettes que leurs collègues anglais, mais sans trop d'efforts, j'ai à peu près deviné que la présence de cette équipe était à relier à l'histoire du rugby kényan.

Introduit au début des années 20 par les britanniques...

Là, c'est not a surprise!

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Snödroppe/Sophie 30/05/2012 12:31


Il n'est jamais trop tard!......Tu peux t'entrainer sur les maillots déchirés de tes petits poulets!

Pascalou 30/05/2012 11:33


Personnellement, je n'ai jamais dépassé le stade du recousage de bouton... 

Snödroppe/Sophie 30/05/2012 09:54


J'adore cette histoire de ravaudage...


[à propos de ravaudage, au féminin et/ou au masculin...j'ai entrepris d'apprendre à mes fils à recoudre un bouton, repriser un truc déchiré, etc...et je me marre!  ]

Pascalou 29/05/2012 21:53


Sur ouikipedia, à propos d'autres Arlequins (ceux du A de l'USAP) on peut lire ceci :


"Parmi les autres clubs existants à Perpignan, les Arlequins club perpignanais se hissent jusqu'à l'élite du rugby français en 1925. Leur nom provient du fait
que le club était très pauvre au départ et que les joueurs, propriétaires de leur maillot, ne pouvaient le remplacer lorsqu'il était déchiré (ce qui arrivait fréquemment au rugby). Les
réparations étaient alors effectuées avec des morceaux de tissu qui n'étaient pas toujours de la couleur souhaitée, d'où leurs ressemblance avec le costume d'Arlequin. Mais sur le terrain,
les Quins comme on les surnommait, étaient tout sauf des bouffons sortis de la commedia dell’arte. Ambitieux, ils proposèrent à l’USP des derbys féroces. Ainsi, le 9 octobre 1927, l'arbitre dut sortir
pas moins de dix joueurs (5 de chaque côté), tant la bataille avait été virulente".


Y'a des épouses et des mamans qui ont dû etre contentes pour les travaux de ravaudage supplémentaires ce soir-là...