Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette fenêtre...

Pour parler avec légèreté de rugby...
L'affiche ci-dessus, d'un France-Angleterre, est de Jean-Louis Ploix.

Bonne journée à vous qui passez par cette fenêtre ovale!



me-sans-fr--d--ric.JPG

 

 

 

In english    

 

Bloc-Notes

 

Pinterest

 

Maintenant, pour me suivre

c'est






Rechercher

A Lire...séance De Rattrapage

21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 00:00

 

 

terre de rugby

source

Flamme Marcoussis

 

C'est grâce à elle que j'ai vraiment réalisé que les flammes sur les enveloppes avaient réellement disparu...

Je me disais bien que je n'en voyais plus, sans trop savoir si c'était définitif, si ça n'était que pour cetains envois...

[Plein de flammes postales sur le thème du rugby par là. Et découverte ICI d'un blog tout récent avec des timbres et des flammes postales autour du rugby]

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Snödroppe - dans Le rugby et les arts
commenter cet article

commentaires

Snödroppe/Sophie 23/03/2012 14:54


Oui, et j'ai aussi entrepris de chercher dans mes vieilles lettres gardées!

Elisabeth 23/03/2012 13:39


Un très bon sujet qui donne envie parcourir le web pour trouver la flamme rare ! En tout cas très drôle "Nice"

Snödroppe/Sophie 23/03/2012 08:45


Tu as le chic pour débusquer les détails désopilants et/ou poétiques du quotidien. J'adore!


Ces flammes, c'était aussi des petites touches poétiques dans notre quotidien...Alors c'est vrai qu'on écrit moins/plus, et que la Poste a dû y voir là des économies possibles...Dommage...


 

Pascalou 22/03/2012 21:36


Je n'avais jamais regardé les flammes... Du coup grâce à toi je me suis un peu cultivé, comme d'habitude, et je suis tombé sur çà : (wikipedia) 


À partir de 1920, l'administration des postes demande d'éviter l'apposition de certaines
flammes sur les faire-part de décès ; leurs messages pouvant heurter les familles. Ce serait par exemple le cas, dans les années 1950, de la flamme « Nice on y vient / pour un jour
on / y reste toujours » sur les avis de décès d'une personne morte juste après son arrivée dans cette ville.