Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette fenêtre...

Pour parler avec légèreté de rugby...
L'affiche ci-dessus, d'un France-Angleterre, est de Jean-Louis Ploix.

Bonne journée à vous qui passez par cette fenêtre ovale!



me-sans-fr--d--ric.JPG

 

 

 

In english    

 

Bloc-Notes

 

Pinterest

 

Maintenant, pour me suivre

c'est






Rechercher

A Lire...séance De Rattrapage

15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 00:00

 

Jean Bouilhou

source

  Jean Bouilhou est venu, en août, au bar des bergers à Lescun avec la coupe d'Europe, gagnée par Toulouse au printemps 2010 contre Biarritz - Photos, dédicaces, signatures...

 

 

Au milieu de nos semaines estivales basques, il y a eu 4 jours au fond de la vallée d'Aspe. Tente plantée en face du cirque de Lescun. Journées à crapahuter et à vivre tranquillement. Avec des pauses au bar des bergers, un des deux bars de Lescun. Une fin d'après-midi au soleil sur la terrasse du bar, le patron [Jean-Pierre] s'est assis à côté de nous et a commencé à papoter. A la télé, y avait l'étape du Tour de France dans les Pyrénées, avec les chihouhouas entre Andy Schleck et Alberto Contador. Et je sais plus comment, du Tour on est passé au rugby. J'avais vu sur le comptoir des trucs du Stade Toulousain...Et pour cause...la patronne est la soeur de la maman de Jean Bouilhou...Vous dire que pendant la conversation, je savais quelle tête avait Jean Bouilhou, ça serait mentir...bon maintenant je sais...Et je sais aussi qu'on a passé une mémorable après-midi avec le patron de ce bar, à parler de la vie à Lescun, de rugby, le rugby dans la vallée d'Aspe, à Bedous, le rugby qu'il a pratiqué 20 à 30 ans plus tôt, jusque dans les fins fonds du pays basque, le manque des copains quand la carrière s'arrête, le rugby avec les anciens où on joue cinq minutes et où on mange pendant trois heures...

Vivre à Lescun est sans doute assez particulier, mais le peu que j'ai vu du village en été, la chaleur des gens qui y vivent, a été un pur bonheur. Et quand on aime le rugby, descendre dans la vallée [et se taper à chaque fois tous ces lacets...] pour s'entrainer, jouer... demande vraisemblablement une détermination peu commune...[surtout en hiver...]

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Snödroppe - dans Le rugby et moi
commenter cet article

commentaires

Frederic 21/09/2010 15:41



comment ?? quid ?? tu ne connais pas Adolphe Jauréguy ???


check that!



Snödroppe/Sophie 16/09/2010 13:46



Ah ben oui, le refuge Labérouat...on y est passé en fin d'après-midi, sans pousser beaucoup plus loin, mais en voyant bien toutes les directions possibles de cet endroit.


Ce retour en vallée d'Aspe m'a fait chaud au coeur. J'ai crapahuté sur le GR10 de nombreuses fois, du temps où je vivais encore par là-bas. J'ai fait des colo, vers 8-10 ans, à Accous et
Bedous...et j'aime la montagne! Le pic d'Anie, je ne sais plus si je l'ai "grimpé"! Lors de notre mini séjour à Lescun, il y avait une expo de photos sur les aiguilles d'Ansabère, retraçant toute
l"histoire de leur "apprivoisement", en lien avec un livre intitulé "Ansabère, un siècle de conquêtes" sorti tout récemment.


Je ne connaissais pas l'exixtence d'Adolphe Jaureguy [on voit, sur la page Wikipédia
qu'il a joué au Havre!!!]. Il semble avoir été un sacré personnage, et son ouvrage [dont j'aime beaucoup le titre!] doit être bien intéressant.



matthieu 16/09/2010 12:27



Bonjour Sophie.


Un de mes amis est originaire de là-bas (sitôt le lien envoyé, il viendra voir ton site). Il m'a amené promener sur le Pic d'Anie.


Sur un autre plan, aux éditions de La table ronde, dans la collection "Les classiques du rugby", il y a "Qui veut jouer avec moi", écrit par Adolphe Jaureguy (1898-1977, ailier international
pendant les années 20, haut dirigeant à la fédération, haut fonctionnaire et écrivain). Dans le quatrième chapitre, "La légende de l'or", il raconte son périple avec un oncle, Gazcoïna, dit aussi
l'Américain. Celui-ci vivait à Lescun, et périt dans les flammes de son refuge, à Laberouat. Aujourd'hui le refuge existe encore, sûrement reconstruit. Et c'est un point de départ vers le Pic
d'Anie justement.