Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette fenêtre...

Pour parler avec légèreté de rugby...
L'affiche ci-dessus, d'un France-Angleterre, est de Jean-Louis Ploix.

Bonne journée à vous qui passez par cette fenêtre ovale!



me-sans-fr--d--ric.JPG

 

 

 

In english    

 

Bloc-Notes

 

Pinterest

 

Maintenant, pour me suivre

c'est






Rechercher

A Lire...séance De Rattrapage

12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 00:00


Y a un truc qui m'intrigue depuis un moment, c'est le rapport des joueurs/joueuses de rugby à la douleur...Ça m'est revenu en mémoire avec l'histoire du doigt*du joueur bulgare.
Est-ce que ce rapport à la douleur, si particulier, s'apprend/se construit?...
Dans une interview croisée d'André Boniface et Thomas Castaignède ["Répliques" sur France Culture, dont j'avais parlé pour d'autres raisons!], ils disaient tous les deux que dans cette gestion de la douleur, il y avait une part importante de défi à l'autre. Surtout ne pas montrer qu'on a mal.
Jacques Piasenta en parlait aussi, dans l'Equipe, expliquant que les rugbymen avaient un autre rapport à la douleur que les athlètes, en particulier dans l'impact qu'elle a sur la gestion de leurs foulées de course.
Je ne sais pas si des gens ont approfondi cette question. J'espère juste que ça va un peu au-delà de ce que j'ai pu lire ici. Des propos, attribués à Walter Spanghero, qui laissent entendre que les rugbymen aiment avoir mal...Houlaaaa!...

 
* je n'ai pas encore vu la vidéo gore intitulée "le doigt"!



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Snödroppe/Sophie 12/12/2008 21:09

Ça doit être un truc du genre, oui, la passion, l'engagement, l'envie, l'attention comme "anesthésiant"...mais quand même...Pour quelqu'un qui n'a jamais joué, ça reste un mystère...Oui, Benoît, d'autres sports font faire "le tour de la douleur" [pour avoir goûté au 1/2 fond, je sais] mais après l'effort, en fond par exemple, on a des sensations plutôt apaisées, alors qu'après un match de rugby, on doit sentir tous le impacts pendant un moment, non?![en tous cas, Benoît, ça me touche beaucoup ce que tu dis de ce que je vois de ma fenêtre!...]

pierrot la tombal 12/12/2008 18:30

La douleur sur un terrain est toujours moindre: l'attention, l'engagement, l'envie font oublier les plaies et les bosses...Moi même, j'ai eu (en autres...) trois fractures de la main. Pour deux d'entre elles, je m'en suis apperçu après le match en voyant la dite main gonflée comme un ballon. Les mêmes coups pris en dehors du terrain feraient hurler à la mort la plupart des rugbymen...Comme quoi la passion...

benoit 12/12/2008 17:22

la prhase de poids du grand oualtère veut surtout dire qu'l faut se faire violence au delà bien souvnet du suippportable sans quoi vous passez à côté d evotre match...Mais il me semble que les coureurs de fond et les cyclistes ont à leur manière fait le tour de la douleur...j'aime vraiment bien tes post. Fraîches parenthèses.  Ta fenêtre ouvre en grand sur une clairière où ruisselle une eau forte. toujours de l'inédit, et pis c'est fin, vrai tu portes un regard à bonne distance sur ce sport